Sanctions pénales : pas de transfert en cas de fusion

Une société absorbante ne peut pas être condamnée pour des infractions commises par la société qu’elle a absorbée.


En principe, en cas de fusion de sociétés suite à l’absorption de l’une par l’autre, l’ensemble du patrimoine de la société absorbée est transmis à la société absorbante, y compris son passif.

C’est ainsi que la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) a estimé le 5 mars 2015 que, suite à une opération de fusion entre sociétés, l’absorbante avait l’obligation de payer les amendes infligées après la fusion pour des infractions commises par l’absorbée avant la fusion.

Une logique que la Cour de cassation n’a toutefois pas souhaité suivre dans une affaire récente dans laquelle un médecin avait poursuivi en justice une société d’analyses médicales qui avait fait l’objet d’une fusion-absorption par une autre société.

Selon la Cour de cassation, le principe qui veut que « nul n’est responsable pénalement que de son propre fait » prend le pas sur le principe de la transmission universelle du patrimoine en cas de fusion. Autrement dit, la responsabilité pénale d’une société absorbée n’est pas transférée à la société absorbante en cas de fusion.

Cassation criminelle, 25 octobre 2016, n° 16-80366
Les Echos Publishing – 2016 – Laurence Le Goff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

DES QUESTIONS
téléphone

01 60 89 87 50

Fax

01 64 96 74 89

Fax

ESPACE DIGITAL

Outil comptable en ligne

SIMULATEURS
outils calculs simulateurs expert comptable essonne
ACTUALITES
Actualités Action Expertise
Voir les actualités d'Action Expertise