Peetch, le numérique au service des écoles

Service d’écriture collaborative à l’école, Peetch est une plate-forme numérique permettant de lire et d’écrire en s’amusant. Malin !

Si le secteur de l’éducation ne cesse de faire débat que ce soit parmi les enseignants ou dans le champ politique, c’est que les enjeux sociétaux sont forts. Et c’est sur ce terrain qu’innove une jeune entreprise, Peetch. Derrière Peetch se cache le premier outil d’écriture d’histoires collaboratives pour les enseignants en primaire et secondaire. Grâce à Peetch, les élèves inventent des histoires à plusieurs en suivant les consignes de leur professeur. Au-delà de l’aspect imaginaire, les enfants doivent faire attention à l’orthographe, à la grammaire, à la conjugaison…

Fiche de l’entreprise
l’idée de départ ne fait pas tout, l’essentiel réside dans la réalisation et surtout la persévérance. Pour cela, il faut que l’équipe soit vraiment soudée et avance dans la même direction ! Avoir toutes les ressources (compétences complémentaires) en interne est un gros plus ! l’outil Peetch est aujourd’hui présent dans 600 établissements basés dans 32 pays.

La jeune entreprise est née d’un start-up-week-end, un concept de création d’entreprise en plein développement. L’idée est de monter, autour d’une petite équipe, un projet d’entreprise le plus aboutit possible le temps d’un week-end. « , se souvient Elisa Hauet, co-fondatrice. » Il y a un an, un professeur contacte l’équipe afin de créer une version éducative s’adressant particulièrement aux enfants. « , estime Elisa Hauet.  » Un intérêt d’autant plus fort que deux co-fondateurs sont aussi des jeunes parents bien au fait de la motivation des bambins accrue grâce au numérique !

« , souligne Elisa Hauet.  » Grâce à Peetch, le numérique est ici placé au service de la pédagogie. «  », précise Elisa Hauet.

L’entreprise, créée en février 2016, basée à Tours et à Montréal (Incubateur du Centech) a lancé une version Beta sur inscription en mai. Pour ce faire, les créateurs ont pu compter sur un financement rapide grâce à un financeur de choc : Sébastien Forest, fondateur d’Allo Resto. Le business model est simple : SaaS, la jeune entreprise se rémunère en faisant payer aux établissements scolaires une licence d’utilisation de 3 € par élève et par an. «  estime Elisa Hauet.  » De quoi écrire de belles histoires !

Les Echos Publishing – 2017 – La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

DES QUESTIONS
téléphone

01 60 89 87 50

Fax

01 64 96 74 89

Fax

ESPACE DIGITAL

Outil comptable en ligne

SIMULATEURS
outils calculs simulateurs expert comptable essonne
ACTUALITES
Actualités Action Expertise
Voir les actualités d'Action Expertise